à la Une

Halte au culte de la performance, place à la bienveillance

« La réussite appartient à ceux qui se lèvent tôt » en tout cas à en croire Hal Elrod, l’auteur du livre à succès « Miracle Morning ».

Cela ne vous a sans doute pas échappé, c’est la grande tendance de ces dernières années, beaucoup de dirigeants, entrepreneurs, partagent leur « morning routine ». Une nouvelle forme d’organisation personnelle en quelque sorte qui permettrait d’être plus efficace, plus épanoui, en commençant la journée du bon pied. L’idée est plus que séduisante (sauf peut-être pour les accros des grasses mat’). J’ai voulu me faire mon propre avis en lisant la méthode de Hal Erod, même si sans le vouloir vraiment j’ai adopté il y a un moment déjà, moi aussi ma propre routine matinale.

Lire la suite « Halte au culte de la performance, place à la bienveillance »

à la Une

OUI ! Les associations sont une chance pour les start-ups Tech

Je ne vous apprends rien si je vous dis que la rencontre du digital et l’entrepreneuriat social a donné naissance à de multiples innovations pour améliorer nos quotidiens et répondre à des enjeux de société majeurs.

Pourtant, malgré l’impact et les innovations sociales réalisées au fil des années, cette collaboration ne semble toujours pas aller vraiment de soi pour les start-ups Tech. Sans doute parce qu’un peu comme une bonne vieille pièce de théâtre, les rôles sont déjà attribués à l’avance : positionnées en « sauveurs » les start-ups viennent armées de leurs technologies dernier cri pour secourir les associations et leurs bonnes œuvres. Courageusement, elles bravent les épreuves, et et… happy end. Oui je sais, rien de plus chiant que les scenarios écrits d’avance.

Lire la suite « OUI ! Les associations sont une chance pour les start-ups Tech »

à la Une

5 bonnes raisons de développer l’engagement associatif des collaborateurs

Il y a quelques années, de nombreuses entreprises ne voyaient pas l’intérêt ou éprouvaient des difficultés à impliquer ou engager leurs collaborateurs sur des actions d’intérêt général.

Les choses ont bien évolué depuis, elles sont de plus en plus nombreuses à percevoir les effets positifs de telles collaborations. 88 % des entreprises considèrent ainsi l’association comme un partenaire légitime pour fédérer et mobiliser les salariés de l’entreprise autour d’un projet partagé.* Voici 5 bonnes raisons de passer de la considération à l’action !

Lire la suite « 5 bonnes raisons de développer l’engagement associatif des collaborateurs »

à la Une

Mobilisation solidaire : les influenceurs altruistes font des miracles

Avec les réseaux sociaux, en fonction de leur utilisation, de nombreux internautes parviennent à construire une forme de popularité sur le Web. Cette popularité se manifeste sous plusieurs formes et peut conduire certains à devenir des influenceurs.

Leur visibilité importante et leur capacité a rassembler un public sur leurs thèmes de prédilections, ne laisse évidemment pas indifférent les marques. Il faut dire qu’un internaute sur 3 aujourd’hui choisit une marque ou un produit suite à une recommandation. Aussi, les influenceurs jouent un rôle déterminant dans les choix, les comportements ou actes d’achats de leur communauté. Ils inspirent confiance et crédibilité !

Lire la suite « Mobilisation solidaire : les influenceurs altruistes font des miracles »

à la Une

Dirigeants, salariés : tous directeurs de la RSE !

Les entreprises ont largement développé ces dernières années leurs engagements en matière de responsabilité sociale ou environnementale (RSE). Là où on peinait à identifier le bon interlocuteur en entreprise sur ce sujet (Dircom, DRH, dirigeant…?), on voit ainsi de plus en plus systématiquement des personnes en charge de la politique de développement durable et/ou de la RSE dans l’entreprise.

Garant de la politique et de l’engagement de développement durable de l’entreprise, le chargé de mission RSE évalue l’impact des activités de celle-ci au plan environnemental, sociétal, et économique ; et participe à la conception et la mise en œuvre d’une stratégie globale avec des objectifs mesurables.

Lire la suite « Dirigeants, salariés : tous directeurs de la RSE ! »

à la Une

Transformation digitale et RSE : le Dircom en première ligne

Il y a quelques mois je vous parlais déjà de la mutation de la communication interne liée notamment à la digitalisation de l’entreprise (Cf article : RIP : la communication interne de papa est morte ). Force est de constater que le rôle de Dircom est lui aussi, en partie pour les mêmes raisons, en plein questionnement…

Rien de très étonnant !  Néanmoins je continue d’être étonnée par le fait qu’il y ait toujours si peu de Dircom qui se soient appropriés les outils du numérique et qui les manipulent au quotidien…

Lire la suite « Transformation digitale et RSE : le Dircom en première ligne »

à la Une

Qu’est-ce qu’une entreprise libérée ?

Une entreprise est dite libérée  » lorsque la majorité des salariés disposent de la liberté et de l’entière responsabilité d’entreprendre toute action qu’eux-mêmes estiment comme étant la meilleure pour la vision de l’entreprise.  » selon Isaac Getz,  Liberté et Cie .

L’entreprise libérée est un sujet porteur qui fait beaucoup débat ces dernières années. En effet elle semble directement liée aux questions de la motivation, du sens et du bien être au travail, facteurs de performances, devenus des enjeux importants en entreprise.

Lire la suite « Qu’est-ce qu’une entreprise libérée ? »

à la Une

RIP : la communication interne de papa est morte

Au croisement du partage, de l’innovation, de la RSE, des ressources humaines... la communication interne est en pleine mutation. La communication descendante « de papa » telle qu’on la pratique depuis des années ne peut selon moi perdurer.

Dans un contexte de transformation des entreprises, la communication interne elle aussi est appelée à évoluer.

Lire la suite « RIP : la communication interne de papa est morte »

à la Une

Et si la communication RSE n’existait plus ??

Le saviez-vous ? Si les modes occidentaux de consommation étaient adoptés par tous, il faudrait non pas 1, ni 2 mais plus de 3 planètes pour produire les ressources nécessaires et absorber les déchets.

En parallèle on assiste dans les économies développées, à l’émergence de nouveaux risques sociétaux qui sont également liés aux modes de vie : cancers, obésité, alcoolisme, troubles alimentaires (anorexie- boulimie)… Face à ces problèmes, les entreprises peuvent jouer un rôle positif, en améliorant leurs processus de fabrication et leurs produits d’abord, et en développant leurs engagements en matière de responsabilité sociale ou environnementale.

Lire la suite « Et si la communication RSE n’existait plus ?? »